home
visiteurs depuis septembre 2002 -- dernière mise à jour: 02/01/14
La fabrication d'un moule de fonderie

Pour faire un moule de fonderie pour couler dans le sable, pas besoin d'être vraiment malin, c'est à la portée de beaucoup d'entre vous.
Je n'ai jamais été artiste et suis très loin de me considérer comme tel, je suis juste un peu bricoleur.
La fabrication d'un moule de fonderie n'est pas compliquée et des tas de gens talentueux bien plus doués que moi en font tous les jours.
N'importe qui avec un peu d'attention ferait pareil et même bien mieux.

Les plaques des Francs Arquebusiers devaient être réalisées dans une empreinte en sable à la Fonderie Charlier de Herstal
Cette fonderie travaille à l'ancienne, ou plutôt travaillait puisqu'elle ferma ses portes en 2005-2006, c'est là que fut réalisé entre autres le monument à Eddy Merckx.
Le principe est assez simple; la pièce à réaliser est fabriquée dans n'importe quelle matière, bois, plastique, polystyrène, terre à modeler, plâtre, et son empreinte est imprimée dans du sable.

Le sable est fortement tassé au marteau autour du modèle puis celui-ci est simplement ôté en laissant son empreinte.
Il faut donc veiller à travailler "en dépouille" c'est à dire que la pièce se retire sans arracher de sable, il ne faut donc aucun espace rentrant.
En cas de contre-dépouille, on arrache tout, ou on travaille avec un moule en plusieurs parties.
Le moule de sable est ensuite enduit d'une poudre plus fine qui permettra de meilleurs détails, la seconde partie est réalisée, on obtient une coquille en sable dans laquelle on a laissé une cheminée pour couler le métal (bronze, étain, laiton, aluminium,...)
Les divers moules sont rassemblés pour faire une coulée unique comme on le voit plus bas sur les images. Après celle-ci, les moules à usage unique sont cassés et le sable remélangé et réutilisé.

La difficulté réside donc dans le fait qu'il faut donner au sujet suffisamment de profondeur et de détail, sans toutefois pouvoir se permettre de creux.
http://www.museedubronze.com pour connaître comment on fait le bronze

La Charité de St Martin

Une première expérience fut réalisée en 1997 avec le bronze représentant une Charité de saint Martin qui se trouve à l'angle de l'Alliance, et ce dans le cadre du 1600e anniversaire de la mort de notre saint patron.
Cette réalisation suppléa celle d'un bas-relief en pierre à la Collégiale dont l'avancement était resté au stade de projet et fut exécutée plus tard lors du 420e anniversaire de la compagnie en 1999.

N'étant pas très bon dessinateur, c'est mon pc qui à l'époque me permit de dessiner le cheval sur lequel je réalisai le St Martin.

Le dessin fut reproduit sur une plaque de plâtre de quelques centimètres que j'avais coulée, pratique le plâtre, quand on casse un morceau, on en remet.
Ensuite je n'eus plus qu'à suivre les traits avec une simple gouge et en imaginant ce qu'était un cheval et un cavalier en reculant et en regardant la pièce.
Il fallait bien entendu éviter toute contre-dépouille.

Le résultat était de facture assez naïve mais pas trop mal pour une première, ne m'étant jamais auparavant essayé à cette technique

Avant de le présenter au comité, j'eus la malencontreuse idée de le peindre avec une horrible couleur rougeâtre pour le faire ressembler à du bronze, ce qui lui donna un cachet affreux, je me demande encore comment ils ont accepté le projet

La fonderie demandait 275 euros pour réaliser la pièce qui fait quand même près de 35 kg, je prenais en charge les frais de finition qui en coûtèrent autant en matériel.

Une fois fondue, elle fut limée, brossée, polie, et retravaillée à la fraise afin de lui donner du relief.
Des fixations avaient été coulées dans la masse et trois tiges filetées venaient les compléter.Enfin avec l'aide d'Alain Woolf, lourde de ses 35 kilogs, elle fut ancrée dans la façade.

Sur le dessus, dans un soucis purement historique, une mention reprend la date, le nom des auteurs sculpteur et fondeur et l'occasion pour laquelle elle fut mise (1600e anniversaire de la mort de St Martin)
Mention qui me valut une prise de bec avec le président de l'époque qui la trouvait incongrue.
Cette mention invisible, est frappée sur le bord supérieur du bronze et destinée à rappeler l'origine de cette pièce.
Comme je suis têtu, cette prise de bec me fit rester dans la salle au moment l'inauguration officielle, et je n'en fut tiré que par ma soeur qui insista pour que j'y assiste.

Le glaive de St Martin a été retravaillé en contre dépouille pour plus de relief ainsi que le contour du visage et du casque
Le bronze est signé dans la masse en bas à gauche.
Il est régulièrement astiqué pour garder de la brillance au sujet en laissant le fond se patiner

Charité de St Martin en bronze
cliquez sur les images pour agrandir

Moule de fonderie en plâtre ébauche Moule de fonderie en plâtre ébauche Moule de fonderie en plâtre en cours de travail
le moule en plâtre, une plaque de quelques centimètres de plâtre Knauff simplement coulé et creusé à la gouge
Au départ le blason était droit, puis le plâtre a été recoulé et le bord inférieur arrondi pour un plus bel effet.
Moule de fonderie en plâtre en cours de travail Moule de fonderie en plâtre en cours de finition Moule de fonderie en plâtre en cours de finition
Le moule est ensuite enduit d'un plâtre de finition plus dur qui sert à la fabrication des objets décoratifs (porceline)
puis retravaillé, et recouvert d'un enduit étanche pour le rendre plus lisse
Moule de fonderie en plâtre brut de fonderie brut de fonderie brossé

à droite le moule peint en "bronzé" tel qu'il fut présenté au comité
au centre la pièce à la fonderie brute juste après la coulée et à droite simplement passée à la brosse de fer
ensuite ci-dessous commence le travail de polissage et de sculpture et ciselure
D'abord le contour est limé et aplani, le bord poli, puis la sculpture est retravaillée dans la masse à la fraise et au burin

brut de fonderie brossé bronze polissage bronze polissage
bronze polissage bronze sculpture bronze finition
le bronze c'est très dur !!!
des heures de travail
bronze polissage Le travail se fait avec des micro fraises
... et de l'huile de coude
moule de fonderie et bronze terminé Charité de St Martin en bronze et l'auteur Marc Poelmans Charité de St Martin en bronze , le moule, et l'auteur Marc Poelmans

Et voilà le travail !
Le moule a été fait en moins d'une semaine, sans rien avoir appris ni regardé au préalable, preuve que c'est à la portée de tous.
La finition était ardue, il a fallu acheter du matériel de microfraisage qui permet de mieux avancer qu'au burin, surtout quand on n'est pas habitué à ce dernier
Le plus dur: faire attention de ne pas trop enlever de matière car impossible de la remettre, saint Martin a bien failli y perdre son nez.

le bronze abimé

Ce bas-relief sera sablé quelques années plus tard par l'entreprise chargée de refaire la façade et irrémédiablement abimé.
Il est passé d'un poli miroir à un aspect grain papier emeri 60.

Je me suis jusque maintenant refusé à le restaurer gratuitement et la compagnie n'a rien réclamé à la société en cause.
Il est scellé dans la façade et impossible à démonter.

Pour la plaque du 425e anniversaire, ce fut une autre histoire

Le projet initial présenté par un membre au comité était une simple plaque en laiton gravée à la machine, avec juste un court texte, sans aucun dessin et qui coûtait à peu près 225 euros.
Je trouvais cela un peu court pour une si belle occasion et ai présenté autre chose.

Au départ un premier projet reprenait un St Martin au centre encadré de deux arquebusiers et la mention "Je jure Fidélité éternelle au Drapeau de St Martin" , suivi de "Cie Rle des Francs Arquebusiers" et la date.
En dessous on retrouvait les noms des officiers généraux et des chefs de corps.
Alain Woolf trouvait déplaisant de voir son nom au cimetière avant d'y être enterré, et ce premier projet passa aux oubliettes, il était par ailleurs nettement moins beau.

J'ai donc dessiné un second projet et, argument massue, j'ai annoncé que s'il était retenu, j'en assurerais le financement
Je ne sais pas qui du projet ou son coût a emporté la mise, mais le comité me fit confiance.
Il existait une version avec la mention précédente, mais ce fut la version actuelle avec "De nos Aïeux remémorons la Gloire" qui fut préférée, elle est aussi un hommage à tous les combattants.

Les pièces réalisées font chacune 11 kilos de bronze et revenaient en fonderie à 250 euros pièce, l'ami Charlier étant assez conciliant.
Lors de la rédaction du journal du 425e, j'en profitai pour "taper" les Editions Adrem qui m'octroyèrent près de 200 euros qui étaient bienvenus.
La plaque de base est en matière plastique, et bonheur, je n'eus pas à la faire puisque à la Maison de la Lettre à Liège, où j'allais chercher mon lettrage en relief, le patron me l'offrit, il n'en avait pas besoin, un travail en moins. Je dus remplir le fond car elle était en quatre niveaux alors que trois m'étaient nécessaires: le bord plus épais, le centre et entre les deux une gouttière plus fine
Il me restait à réaliser les différents emblèmes avec un peu d'imagination et du matériel qui pour une bonne part se trouvait à la maison

La bande du haut:
simple moulure de bois aux bords rectifiés sur laquelle fut collé un lettrage en plastique, idem pour le texte du centre.
Facile, c'est comme ça que toutes les plaques gravées en relief sont faites.
Le St Martin:
beaucoup moins simple fut réalisé en pâte à modeler, en plâtre en en plastique.
J'utilisai une statuette que je possédais dont j'avais fais un moulage qui découpé et positionné autrement me donna le cavalier, le cheval étant adapté d'un modèle réduit en plastique.
Plus facile que de sculpter tout. Pâte à modeler pour finir le tout, moulage en silicone et pièce de finition en plâtre.

Le blason du prince évêque Gérard de Groesbeeck:
fut réalisé en terre à modeler,
contremoulé en silicone
et refait en plâtre
armé de métal

L'arquebusier
typique du 16e siècle et réalisé d'après une pièce de ma collection personnelle découverte il y avait bien longtemps sur une brocante et retravaillé pour l'occasion, une seule face est présentée

Le fond
est peint à la peinture à structurer utilisée en modélisme pour donner une surface empierrée
On obtient ainsi un effet de minuscule boucharde qui se patine bien et gomme les défauts d'une surface trop plane imparfaite

Moule de la plaque commémorative du 425e anniversaire des Francs Arquebusiers

Le blason de la Belgique:
fut fait en terre, laquelle fut appliquée sur l'arrière d'une plaque de panneau dur type Unalit pour marquer les petits carrés symbolisant le noir, le lion fut encastré dedans, c'est un simple insigne de béret de l'armée.
La couronne provient d'une médaille de 50 ans abîmée.
Contre moulage en silicone et une nouvelle pièce fut moulée en étain

Blason des Arquebusiers de Visé © Marc PoelmansLe blason des Arquebusiers du 16e siècle
réalisé en terre à modeler et à l'aide de moulage d'arquebuses de modèles réduits militaires, en fait il y a une arquebuse et un mousquet, c'est fait exprès puisque les deux armes étaient utilisées.
Moulé en plâtre

Drapeau des Francs Arquebusiers © Marc Poelmans
Le blason du drapeau rouge et bleu:
fait en terre à modeler, moulage puis plâtre



Blason des Arquebusiers de Visé fin 16e siècle Capitaine Gentil  © Marc PoelmansLe blason des gentis:
fait en terre à modeler, moulé en silicone et refait en plâtre, un des plus difficiles à cause du sauvage.
Les 9 demi-sphères représentant les besants sont des billes des fusils à billes de mes fils.

blason des Francs Arquebusiers ®FAVecu desFrancs-Arquebusiers héraldique noir et blanc © Marc PoelmansLe blason de la Ville de Visé:
trouvé sur une vielle assiette en étain d'une brocante, moulé et réalisé en plâtre et retravaillé puis remoulé en étain
Le blason des Francs Arquebusiers:

fut fait d'après un ancien modèle en bronze d'une réalisation précédente et qui servait aussi pour les prix de tir, en adaptant le blason à ce qu'il est actuellement
Les palmes de chêne et laurier:
proviennent d'un moulage en plomb de l'insigne de shako de l'Ecole Royale Militaire et des plaques de shako vers 1850, qui a été réadapté aux dimensions de la plaque
Plaque de shako du 12e de Ligne Collection Marc Poelmans

brut de fonderie, plaque commémorative du 425e anniversaire des Francs Arquebusiers de visé- belgiqueComme on le voit, je ne me suis pas trop cassé la tête pour tout fabriquer...
Juste un peu d'imagination et près de 200 heures de travail agréable surtout pour la finition qui fut assez ardue. C'est très agréable de voir quelque chose se créer, de voir qu'on avance et qu'à chaque étape, c'est de mieux en mieux.

Plusieurs endroits de la première plaque présentaient des traces de scorie de coulée, vraisemblablement dues à trop de verre dans le bronze (le verre est mélangé au bronze en fusion pour le rendre plus fluide)
En plus le bord intérieur de la plaque était très fin et fut fendu à deux reprises en haut et ressoudé m'empêchant de patiner la plaque à la flamme et aussi d'obtenir sur les bords un poli miroir que je dus abandonner car il faisait apparaître trop fort les défauts du bronze.

Les blasons furent ensuite peints à l'huile, mais en dessous de la couleur, la symbolique héraldique est présente, ce qui permettra de remettre tout en couleurs quand je ne serai plus là pour le faire

Cette première plaque est signée dans le moule , la signature près de l'arquebusier a été fondue avec le reste. Elle est dans la fine gouttière en bas à gauche, cette gouttière trop fine fut en partie rebouchée pour permettre une meilleur répartition du métal lors de la coulée de la seconde plaque.
Elle porte le sceau du Maître-fondeur Charlier entre les pieds de l'arquebusier.
Ce sceau ne se retrouve pas sur l'autre ni sur le St Martin ici plus haut parce que Monsieur Charlier avait prêté son sceau lors de leur fabrication.

Sur la plaque de la façade de l'Alliance, la signature est apposée près de l'arquebusier, mais elle est gravée à la main au burin.

Plaque commémorative du 425e anniversaire des francs Arquebusiers
cliquez sur l'image pour les détails

La seconde plaque de novembre 2004 fut une simple deuxième pièce venant du même moule, lequel avait été retravaillé pour que la partie la plus fine soit un peu plus épaisse et cause moins de problème.
A l'inverse de l'autre, elle n'est toutefois pas peinte mais représentée uniquement en symbolique héraldique.
Elle est plus finement finie que la première au niveau du pollissage particulièrement puisqu'il n'y a pas de peinture.
Toutefois, entretemps, j'étais entré à l'Ecole d'Armurerie et de Gravure de Liège afin d'apprendr un peu à me servir de burins de graveur pour mieux la terminer.
Bien que très mauvais élève et ayant dû abandonner les cours, j'ai quand même retenu quelques petites choses
Le blason du prince-évêque a été mieux retravaillé et poli, la crosse est mieux balancée, elle tourne, l'épée aussi, le pommeau a été retravaillé et la lame porte une gouttière
Sur la poire à poudre de l'arquebusier, le blason des arquebusiers du 16e siècle est gravé
Petits détails invisibles que j'ai fait pour le plaisir.
Les blasons ont tous été retravaillés au burin et sont polis à l'abrasif 150 à 600 puis de 0 à 0000.
Les faces qui ressortent sont refrottées au polish régulièrement en prenant soin de laisser le fond se patiner, ainsi les blasons finiront par apparaître en clair sur fond noir

La signature est gravée et non plus coulée dans la masse, et la plaque est aussi signée et dédicacée au dos:

"A mon père Marcel Poelmans dont j'ai suivi les pas.

A mes fils Florent et Corentin pour qu'il fassent de même.

Vivent les Francs "

signature
Marc Poelmans
07-11-2004 "

plaque commémorative des Francs Arquebusiers, signature de l'auteur M. Poelmans

Si la plaque à une valeur en poids de bronze de quelques euros, la valeur des pièces finies a été estimée par un professeur de gravure à plus de 2500 euros, cette somme représentant simplement les dizaines d'heures de travail de l'ensemble.
La valeur de ces trois bronzes est pour moi bien plus symbolique puisque grâce à ceux, je resterai dans l'histoire de la compagnie même quand j'aurai disparu et j'espère que mes descendants seront fiers de dire que c'est leur aïeul qui l'a fait.

Ci-dessous la préparation, cliquez simplement sur l'image pour l'agrandir


le moule en préparation

le moule en préparation
__4_1514.jpg
le moule en préparation
__5_1515.jpg
le moule en préparation
__6_1516.jpg
le moule en préparation
__7_1517.jpg
le moule en préparation
__8_1518.jpg
le moule en préparation
__9_1519.jpg
le moule en préparation
le fond est recouvert de peinture en relief
_10_1520.jpg
le moule terminé
_12_1522.jpg
le moule terminé
_1A_1548.jpg
La pièce sortie de fonderie
le dessus est resoudé
_2A_1549.jpg
brut de fonderie avant brossage

_3A_1550.jpg
pièce brossée

_4A_1551.jpg
pièce brossée

_5A_1552.jpg
pièce brossée


plaque au verso

L'atelier du Maître-fondeur Charlier de Herstal

Fonderie Charlier de Herstal le fourneau
le fourneau où le bronze est fondu
Fonderie Charlier de Herstal, les moules en sable
préparation des moules,
tassage du sable
Fonderie Charlier de Herstal assemblage des moules de fonderie
les moules rassemblés
pour la coulée
Fonderie Charlier de Herstal moule de fonderie en sable
creusement de la
gouttière de coulée
Fonderie Charlier de Herstal, le maître fondeur Charlier, le bronze en fusion

le bronze arrive, près de 1000°C
Fonderie Charlier de Herstal, la coulée du bronze
le creuset
est pris avec des pinces
Fonderie Charlier de Herstal la coulée du bronze
coulage du bronze
Fonderie Charlier de Herstal la coulée du bronze
coulage du bronze

Malheureusement le fondeur Gilbert Charlier tomba en faillite comme la plupart des fondeurs de Herstal.
Je pense qu'il fut le dernier a à ytavailler à l'ancienne alors que cette cité en a compté près de 150.
Il travaille aujourd'hui avec le SCRL Fabri-Cuivre, 71 rue de Lonette, 4621 Retinne tél 04/362.60.80

Moument des Francs Arquebusiers, cimetière de Lorette, Visé Belgique

Les blasons de la plaque du cimetière ont été peints à la peinture à l'huile. mais la symbolique héraldique est bien présente en relief sous la peinture


Malheureusement l'oxydation du bronze décolore le blanc qu'il faut repeindre régulièrement.
L'idéal serait un émaillage à chaud.
Elle est repolie à chaque fête pour rehausser le texte et éventuellement repeinte.
La patine naturelle va noircir le fond

La plaque a été fixée par des vis fixées à l'arrière et est aussi collée dans un bloc de calcaire viséen du plus d'une demi tonne offert par Serge Thys.

La base en béton a été ralisée par les ouvriers communaux, mais j'ai du la rehausser d'une dizaine de centimètres pour y placer la pierre.
Ce sont aussi les ouvriers communaux qui ont réalisé le dallage.

Un mât de drapeau, offert par Alex Woolf, est fixé à l'arrière, et lors de l'inauguration c'est mon drapeau personnel qui entourait le monument.

Quand Monsieur Bellem, président de la fédération Nationale des Combattants de Visé, a coupé le ruban qui le retenait c'est avec une certaine fierté que le l'ai levé en haut du mât

Un crainte: le vandalisme

Commentaire personnel: pas mal mais peut mieux faire

la prochaine est déjà en projet



La plaque non colorée sera mise en novembre sur la façade du local et comme le St Martin, passée au sablage comme la plaque en pierre du 400e anniversaire qui était dorée à l'or fin et le N° de l'immeuble
L'entreprise Lecomte qui sablera la façade en 2008 gâchera des heures de travail que j'ai du recommencer.
La plaque sablée par cet iconoclaste avait la structure d'un grain de 60-100 alors que certaines surfaces étaient en poli miroir
Des heures de travail de restauration qui n'est pas terminée, j'en ai fait une première en vitesse pour que la plaque soit visible avant la fête, mais on peut voir que je n'ai pas poussé le travail jusqu'au bout. En plus cette plaque avait délà été retravcaillé au burin de graveur, travail quasiment disparu..

On voit les dégâts ci-dessous

Pierre du 400e Pierre du 400e sablée N° de l'immeuble sablé Bronze du 425e sablé Bronze du 425e sablée détail

Cette plaque a été démontée (seulement 4 vis à enlever !) et restaurée pour lui rendre son aspect original avec certaines parties en poli miroir (abrasif 000)
mais il reste du travail
la plaque du 425e restaurée la plaque du 425e restaurée


Et la suivante la voici mais elle n'est pas pour les Francs Arquebusiers mais bien pour la Jeunesse de Devant-le-Pont qui en cette année 2013 fête le 150e anniversaire de la fête du village
J'ai donc créé un blason à cette occasion

J’ai choisi pour DLP quelque chose qui raconte notre quartier.

L’écu d’abord est basé sur celui de Visé d’autrefois "d'argent à bande d'azur"; montrant ainsi que DLP fait partie intégrante de la ville depuis des temps ancestraux, mais avec la bande ondée qui d’une part marque notre différence en tant qu’habitants de la rive gauche (la bonne !) et d'autre part symbolise la Meuse.

Le pont bien entendu, qui autrefois n’arrivait pas jusqu’à nous mais se terminait dans l’eau suivi d’un gué et a fait que nous sommes devant le pont.

Notre-Dame du Mont Carmel car DLP est une paroisse à part entière différente de Visé, c’est en outre le 16 juillet, fête de N-D, la date retenue par la Jeunesse il y à 150 ans pour la fête.

L’oie, indissociable de notre quai et qui rappelle la coutume de la décapitation du mardi.

Une barque fluviale surmonte l’écu et remémore les pontonniers, ces fabricants de petits bateaux qui travaillaient en bord de Meuse et qui appartenaient au métier des Naiveurs.

L’intitulé héraldique exact est:

D’argent à la bande ondée d’azur, à une Notre-Dame du Mont Carmel d’or contournée de sable en chef, à une oie d’argent becquée et membrée d’or contournée de sable en pointe, un pont de trois arches d’or maçonné de sable brochant sur le tout. L’écu surmonté d’une barque fluviale à voile triangulaire d’or.

Changement de technique cette fois puisque je pars d'une plaque de MDF de 60 x 60 sur laquelle j'ai recopié mon dessin
Je travaille quasi exclusivement avec un simple cutter dont je change régulièrement la lame et du papier emeri
Certains détailssont faits avec de l'enduit pour boucher les trous et certaines parties en terre à modeler
Du papier cartonné ligné pour faite la bande ondée et un coup de bombe de peinture pour voir ce que ça donne
J'ai passé la plaque pour la montrer en réunion et elle a été abîmée, résultat quelques heures de travail pour refaire toute la bande ondée et certains détails sont aussi refaits
En tout 30-40 heures de travail, la plaque est chez le fondeur qui doit me la livre en ce debut de mois de juillet 2013.








Présenté lors d'une réunion, le moule fut abîmé, quelqu'un ayant posé quelque chose de trop lourd dessus. Il fallu refaire une partie.
Pas facile car tout était bien fixé.

On a donc deux moules puis la pièce finie.

Le Président de la Jeunesse Dany Wathelet devant la drapeau et le moule du bronze

Personne ne l'avait remarqué, mais la date 1883 était incorrecte, il fallait 1863 !
Pourtant le moule était bien visible lors de l'exposition, et c'est une visiteuse qui remarqua l'erreur et m'en fit part

On voit ici le Président de la Jeunesse de Devant-le-Pont, dont le comité a financé le projet,
devant le moule et le drapeau lors de l'exposition du 150e anniversaire

voir: www.club-j.be/expo/1.pdf jusque www.club-j.be/expo/30.pdf

 

Elle fut donc rectifiée dans la masse alors que le bronze était terminé.
Heureusement que j'avais mis un 8, transformer un 7 en 6 eut été bien plus ardu.
La réparation est invisible pour celui qui n'en est pas averti.
La plaque a été signé au burin du la feuille en bas à droite

Polissage

Polissage fin Rectification au burin de graveur

La plaque a ensuite été insérée dans une pierre au préalablement taillée, un travail très difficile, cette pierre, aimablement fournie par la Ville de Visé, a usé mèches et burins...

L'inauguration, avec une bouteille de DLP
C'est le plus vieux membre du comité, Pierre Offerman, qui a été appelé pour dévoiler ce petit monument que l'auteur va baptiser.

Je te baptise au nom de nos pères et de nos mères,
bronze du 150e anniversaire de la fête à Devant-le-Pont (Visé) Pierre Offerman, Yves Closset, Dany Wathelet, Alain Troquet et Marc Poelmans Pierre Offerman, Yves Closset, Dany Wathelet, Alain Troquet et Marc Poelmans Pierre Offerman, Yves Closset, Dany Wathelet, Alain Troquet et Marc Poelmans
Au nom de nos fils et de nos filles,
Pierre Offerman, Yves Closset, Dany Wathelet, Alain Troquet et Marc Poelmans Pierre Offerman, Yves Closset, Dany Wathelet, Alain Troquet et Marc Poelmans bronze du 150e anniversaire de la fête à Devant-le-Pont (Visé)
Et au nom de l'esprit sain qui anime le coeur des vrais Devant-le-Pontois !
bronze du 150e anniversaire de la fête à Devant-le-Pont (Visé) t Marc Poelmans, Pierre Offerman et Alain Troquet bronze du 150e anniversaire de la fête à Devant-le-Pont (Visé)

©
Marc Poelmans